Vetbiobank 1e laboratoire français de médecine régénérative vétérinaire

Photo de l'entreprise

Vetbiobank est le premier laboratoire vétérinaire français à exploiter le pouvoir des cellules souches néonatales pour traiter les maladies inflammatoires chroniques des animaux.

Points forts

  • Un savoir-faire unique en thérapie cellulaire, basé sur le potentiel des cellules souches animales prélevées à la naissance, développé depuis 2012 par Vetbiobank, pionnier français de la médecine régénérative vétérinaire.
  • Des actifs solides : 2 traitements contre l'arthrose déjà commercialisés, administrés sur 1 000 animaux (chiens et chevaux) avec 80% d'évolution favorable, 3 brevets, 4 études cliniques et 6 publications scientifiques.
  • 1M€ investis au capital de l'entreprise, 1M€ de chiffre d'affaires cumulés depuis la création de la société, et des collaborations scientifiques et industrielles avec des acteurs majeurs de la pharmacie vétérinaire.

L'équipe

Stéphane Maddens
Stéphane Maddens
Président Fondateur
Nadia Plantier
Nadia Plantier
Directrice Générale
Nathalie Saulnier
Nathalie Saulnier
Directrice Scientifique
Marine Febre
Marine Febre
Directrice des Etudes Cliniques
Rodolphe Rakic
Rodolphe Rakic
Ingénieur R&D
Clément Robert
Clément Robert
Ingénieur de production

La problématique

Les maladies inflammatoires chroniques constituent un problème de santé majeur et croissant. Elles se caractérisent par un profil inflammatoire persistant en réponse à une infection, à des toxines, à une blessure ou une réponse immune qui ne « s’éteignent » pas de manière appropriée. L'inflammation finit par endommager les tissus sains et perturbe les processus de cicatrisation.

L’arthrose est au premier rang de ces maladies. Elle peut être d’origine traumatique ou dégénérative, liée à l’âge. Elle correspond à une inflammation chronique de l’articulation avec une dégradation progressive et inéluctable des cartilages, incapables de cicatriser.

Chez les animaux, comme chez l’homme, l'arthrose est de plus en plus fréquemment observée, atteignant 1 chien sur 5 et 1 cheval athlète sur 2. L’allongement de la durée de vie de nos compagnons à quatre pattes (du fait de soins de meilleure qualité), un mode de vie sédentaire, citadin et une tendance au surpoids du fait d’une alimentation riche, sont autant de facteurs qui augmentent la fréquence de survenue de l’arthrose et aggravent la situation. Certaines races de chien présentent des anomalies de conformation articulaire (dysplasies) qui les exposent au développement de l’arthrose dès le plus jeune âge.

Les douleurs chroniques articulaires liées à l’arthrose se traduisent chez le chien par une perte progressive de mobilité, une diminution d’appétit et d’entrain, des réactions agressives spontanées lors des caresses sur les zones douloureuses et une perte d’autonomie pouvant aller jusqu’à une paralysie des membres et articulations touchées. Les conséquences sont lourdes aussi pour la famille d’accueil de ces chiens vieillissants.

Les traitements conventionnels de l’arthrose ne sont plus satisfaisants pour répondre à ce besoin médical. L’efficacité des compléments alimentaires varie en fonction du degré de l’arthrose. Le traitement médicamenteux repose la plupart du temps sur la prise régulière, voire quotidienne, d’anti-inflammatoires non stéroïdiens qui ne traitent que les symptômes, sans s’attaquer à la maladie en tant que telle. Contraignants, avec de nombreuses contre-indications et pouvant être mal tolérés par les animaux, ces médicaments ne sont pas optimaux. L’approche chirurgicale de l’arthrose, avec ou sans prothèse, est invasive et peut être mal supportée par les chiens âgés ; elle représente un coût non négligeable.

Les progrès récents réalisés en médecine vétérinaire permettent de faire émerger de nouveaux traitements, parmi lesquelles les thérapies cellulaires.

Le concept

Les origines des thérapies cellulaires
Au quotidien, le corps fait face aux agressions extérieures et au renouvellement de ses tissus, en mobilisant ses réserves de cellules souches réparties dans tout l'organisme. Ce sont des cellules indifférenciées, capables de se multiplier rapidement, et de générer en fonction des besoins des cellules spécialisées pour réparer un tissu lésé. Ces réserves ne sont toutefois pas infinies ; elles s'épuisent avec l'âge et s'altèrent avec les maladies inflammatoires chroniques.

La thérapie cellulaire de l'arthrose vise à contrôler durablement l'inflammation par un apport local de ces cellules vivantes qui vont favoriser une cicatrisation harmonieuse et la restauration fonctionnelle des tissus lésés. L'objectif est de soigner durablement le patient grâce à une seule injection de cellules thérapeutiques.

L'approche initiale reposait sur l'utilisation des cellules obtenues à partir du patient lui-même (approche autologue). Mais cette approche s'avère contraignante, car elle se déroule en deux temps (prélèvement chirurgical et réinjection), et coûteuse. Surtout, son efficacité clinique est incertaine du fait de l'altération de ces cellules dites "adultes" avec l'âge du patient et de l'inflammation chronique liée à l'arthrose dans lequel elles ont baigné.

Face à ces obstacles, les efforts de la recherche médicale sur l'arthrose en médecine humaine, s'orientent aujourd'hui progressivement vers une approche utilisant des cellules obtenues à partir de tissus prélevés chez des donneurs jeunes, en bonne santé et qualifiés (approche allogénique).

Le concept de Vetbiobank
C'est cette approche allogénique que Vetbiobank a été le premier à choisir, dès 2011, pour développer sur le marché vétérinaire français ses produits destinés au traitement de maladies inflammatoires chroniques chez les animaux.

Vetbiobank est à l'origine d'une deuxième innovation de rupture : convaincue de l'importance de l'âge cellulaire sur le potentiel biologique des cellules souches et leur efficacité clinique, Vetbiobank a fait le choix stratégique de se focaliser sur les cellules néonatales obtenues à la naissance. Les cellules souches néonatales sont plus jeunes, plus saines, plus efficaces, plus disponibles et présentent des taux de guérison supérieurs à celui des cellules adultes.

Leur obtention peut se faire à partir des tissus expulsés et jetés à la naissance (placenta, cordon ombilical). Elle ne nécessite donc aucune intervention sur le jeune animal donneur lui-même et leur caractère "non embryonnaire" ne soulève aucun questionnement éthique.

Grâce à ses travaux de recherche et développement, cette biotech est parvenue à proposer des traitements "universels", accessibles en termes de coûts aux propriétaires d'animaux, et dont l'efficacité a été prouvée scientifiquement. Aujourd'hui, Vetbiobank a développé un savoir-faire unique dans le prélèvement, la culture et l'optimisation des effets des cellules souches néonatales.

Produits / services

Vetbiobank a développé 3 banques de cellules souches néonatales vétérinaires (une par espèce), destinées à traiter différentes maladies inflammatoires des chevaux, chiens et chats :

  • Ombistem®, pour le traitement de l’arthrose du cheval. Les cellules souches proviennent de cordon ombilical, prélevé à la naissance naturelle d’un poulain, auprès de haras partenaires de Vetbiobank.
  • Canipren®, pour le traitement de l’arthrose du chien. Les cellules souches de ce traitement proviennent de placentas prélevés lors de césariennes réalisées pour des motifs cliniques par des vétérinaires spécialistes de la reproduction.
  • Felipren®, pour le traitement de l’arthrose du chat. Un développement est en cours pour la gingivo-stomatite, une maladie inflammatoire invalidante de la bouche, et sans solution thérapeutique aujourd’hui.

Ces traitements se présentent sous la forme d’une suspension cellulaire et sont prescrits et administrés par un vétérinaire directement dans l’articulation atteinte ou par voie intraveineuse pour les maladies autres que l’arthrose.

Valeur ajoutée et éléments différenciants

Vetbiobank est le premier laboratoire à utiliser des cellules souches néonatales.

Les cellules souches néonatales présentent plusieurs avantages par rapport aux cellules souches adultes :

  • Elles sont prélevées dans le respect du bien-être animal
  • Elles sont toutes prélevées au même âge, à la naissance, ce qui standardise le produit, et leur confère un potentiel biologique optimal non altéré par l'âge ou la maladie
  • Leur caractère néonatal leur confère une sécurité d'utilisation supérieure à celle des cellules souches adultes (faible risque de rejet immunologique et moindre risque infectieux).

Vetbiobank est pionnier dans l’étude et l’exploitation des cellules souches néonatales avec des résultats déjà probants quant à leur efficacité thérapeutique ; et génère l’intérêt des grands laboratoires pharmaceutiques vétérinaires à la recherche d’innovation.

Industrialisation facilitée et tarifs attractifs

Les qualités intrinsèques de multiplication des cellules souches néonatales permettent à Vetbiobank de produire en laboratoire des volumes importants de traitements, ce que ne permettent pas les cellules souches adultes. Les coûts de production des produits Vetbiobank s’en trouvent réduits, lui permettant de proposer des traitements de pointe à un tarif abordable au plus grand nombre de propriétaires.

Une alternative efficace et économique aux traitements conventionnels, essentiellement symptomatiques

Les produits Vetbiobank présentent une efficacité durable, jusqu’à deux ans dans une majorité des cas avec une quasi absence d’effets secondaires. Le coût du traitement rapporté au mois, est comparable à, voire plus faible que celui des traitements par anti-inflammatoires, chroniques et contraignants qui présentent des effets secondaires non négligeables, sans pour autant améliorer l’évolution de la maladie. De son côté, la pose d’une prothèse coûte à elle seule en moyenne 2 500 euros.

L’efficacité des produits de Vetbiobank permet de réduire considérablement, voire abandonner le recours aux autres traitements médicamenteux, et ont incité les mutuelles de santé vétérinaire à les rembourser.

Des traitements non invasifs et simples à administrer

Les traitements à base de cellules souches adultes supposent une intervention invasive sur le donneur (prélèvement de moelle osseuse, de tissu graisseux et/ou de sang), tandis que ceux à base de cellules souches néonatales n’ont besoin que d’un prélèvement sur un tissu éliminé à la naissance et prélevé sans intervention directe sur l’animal. L’administration du médicament, par injection, est un geste assez simple à réaliser par le vétérinaire.

Stratégie d’acquisition

La stratégie d’acquisition de Vetbiobank en France repose aujourd’hui sur la prospection directe de clients vétérinaires, la mise en place d’une stratégie de prescription et la constitution d’une image de marque sérieuse en tant que laboratoire pharmaceutique vétérinaire.

  • Prospection directe : dès 2011, Vetbiobank s’est attachée à se constituer un portefeuille de clients auprès de vétérinaires équins puis canins présentant un fort profil tourné vers l’innovation. A partir de 2018, Vetbiobank adopte une stratégie plus directe. Sa stratégie d’acquisition repose sur le contact direct avec ses clients potentiels, la présentation de la solution, l’organisation de sessions de présentations et formations, la production de documentations scientifiques et de tutoriels en ligne pour l’administration des traitements, etc.
  • Prescription : de la même manière que pour la médecine humaine, l’acquisition de clients sur le marché vétérinaire repose beaucoup sur la recommandation par les pairs et par la reconnaissance scientifique.
  • Image de marque : Afin de soutenir sa stratégie d’acquisition commerciale directe et par prescription, Vetbiobank s’est constituée une image de marque forte, centrée vers la satisfaction de ses clients. L’accompagnement du vétérinaire est assuré dès l’identification des situations cliniques éligibles grâce à un support médical et technique inégalé (retours clients). Ce service au vétérinaire s’appuie sur des publications scientifiques et des partenariats stratégiques avec des acteurs de renom dans le domaine de la médecine cellulaire et vétérinaire.

Modèle économique

Le modèle économique de Vetbiobank repose aujourd’hui sur la vente de traitements aux vétérinaires qui prescriront et administreront le produit lors du diagnostic de la pathologie ostéo-articulaire. La facturation au client tient compte du produit et de l’acte.

Le client propriétaire peut obtenir le remboursement de ses frais auprès de sa mutuelle à laquelle il aura souscrit.

Le développement commercial international (Europe puis Etats Unis) de Vetbiobank sera assuré par des accords de distribution ou accords de licence avec les plus grands laboratoires de la pharmacie vétérinaire. Un premier contrat de partenariat stratégique a été signé en Mai 2019 avec un top 10 mondial de la pharmaceutique vétérinaire.

Les succès

Reconnaissance du statut de leader par la communauté médico-scientifique

Les travaux innovants de recherche et les études cliniques développées par Vetbiobank ont fait l’objet de 6 publications internationales (parues dans les journaux Ostheoartritis & Cartilage, Veterinary Immunology and Immunopathology, Scientific Report, Frontiers in Veterinary Science 2017 & 2019 et Académie Nationale Vétérinaire 2019). La dernière par exemple a pour la première fois démontré l’efficacité durable et la sécurité sur le long terme du produit Canipren® dans l’arthrose canine.

Le caractère innovant de la technologie et des produits de Vetbiobank ont fait l’objet de trois dépôts de brevets.

Par ailleurs, Vetbiobank a reçu de Label d’Excellence Scientifique du programme européen de Recherche et Innovation Horizon 2020 (H2020).

Reconnaissance de la qualité des produits, par les clients vétérinaires qui ont réalisé plus de 1 000 traitements

Plus de 750 traitements pour chevaux et 250 pour chiens ont déjà été réalisés en France ; avec des taux de succès et de satisfaction élevés de la part des vétérinaires et des propriétaires.

Concernant le cheval, 80% des chevaux athlètes traités par Vetbiobank ont repris la compétition, dont 80% avec un niveau conservé ou supérieur. La satisfaction des vétérinaires se traduit par leur attachement au caractère néonatal des cellules et à la qualité garantie par Vetbiobank. Plus de 90% des vétérinaires clients pendant les premières années sont toujours des utilisateurs réguliers des traitements en 2019.

Concernant le chien, six mois après l’injection, 86% des chiens traités présentent des améliorations cliniques, 72% d’entre eux ont une meilleure mobilité et 100% ne prennent plus d’anti-inflammatoires pour soulager les douleurs articulaires. Après deux ans, plus de 3 propriétaires de chiens sur 4 confirment l’absence de rechute et d’effets secondaires. Voir une vidéo témoignage disponible sur ce lien.

Partenariats

Vetbiobank a noué des partenariats stratégiques, médicaux et technologiques avec plusieurs établissements de recherche et laboratoires vétérinaires, et notamment avec :

  • VetAgro Sup – campus vétérinaire de Lyon (Etablissement public d’enseignement supérieur et de recherche) - anciennement Ecole Nationale Vétérinaire de Lyon – Vetbiobank mène depuis 2010 des développements cliniques pour établir l’innocuité et l’efficacité des produits.
  • L’IFCE (Institut Français du Cheval et de l’Equitation) – anciennement les Haras Nationaux – Vetbiobank a pu mettre au point son protocole de collecte de cordon ombilical de poulain.
  • L’Etablissement Français du Sang, dans la continuité de l’expérience professionnelle du fondateur, pour la poursuite de recherches communes sur les cellules souches afin de combler le fossé entre la médecine humaine et vétérinaire.
  • CapDouleur, espace collaboratif ouvert aux vétérinaires désireux d'actualiser leur prise en charge de la douleur, dans le cadre d'un partage d'expériences et de formations autour de la gestion d'affections chroniques inflammatoires et douloureuses par cellules souches.

Signature d’un partenariat stratégique avec un industriel du top 10 de l’industrie pharmaceutique vétérinaire

Fin 2017, Vetbiobank a signé avec un laboratoire du top 10 de la pharmacie vétérinaire pour l’industrialisation et la mise sur le marché de ses produits. Les prochaines étapes de la relation contractuelle sont en cours de négociation.

Le marché

Le marché de la santé animale

Le marché de la santé animale, estimé à plus de 100 milliards d'euros au niveau mondial, connaît actuellement une croissance de plus de 5% par an. 65% du marché est concentré en Europe et en Amérique du Nord (source 1 et 2).

La France se place d'ailleurs comme un acteur majeur du marché avec 4 laboratoires parmi les 10 plus grands en santé animale dans le monde : Merial (racheté par Boehringer Ingelheim), Virbac, Ceva et Vetoquinol. Le marché français représente à lui seul 24% des parts du marché européen de la santé animale. La France regroupe également la plus grande population d'animaux de compagnie de l'UE. Les Français investissent de façon croissante dans les médicaments et soins pour animaux, ce qui permet de soutenir la croissance du marché à plus de 6% jusqu'en 2020. En effet, les dépenses vétérinaires ont augmenté de 72% en 10 ans et le nombre de pathologies traitées a été multiplié par 3 en 15 ans avec des techniques et spécialités de plus en plus innovantes (source).
Le marché de la santé vétérinaire présente un intérêt certain pour les investisseurs par rapport à celui de la santé humaine :

  • Moins de génériques présents sur le marché ce qui permet de prolonger les cycles de vie des médicaments ;
  • Des coûts de recherche et développement plus faibles (avec des essais cliniques plus courts et moins onéreux) ;
  • Une meilleure probabilité de trouver un nouveau traitement ;
  • Une rentabilité du secteur aussi élevée que celle de la santé humaine : marges opérationnelles de 25 à 30%.

Moins risqué, ce marché attire de plus en plus l’attention des laboratoires pharmaceutiques qui n’hésitent pas à investir significativement dans les activités R&D des biotechnologies.

Marché de la thérapie cellulaire

Les données de marché internes à Vetbiobank issues de leur retour d'expérience et d'études réalisées auprès de leurs clients, mettent en évidence un marché potentiel de 64M€ en Europe pour le seul produit contre l'arthrose canine.

Par ailleurs, une étude américaine publiée en 2018 évalue le marché de la thérapie cellulaire dans les pathologies articulaires canines à plus de 218 millions de dollars au niveau mondial et présente les meilleures perspectives de croissance en Amérique du Nord (53,7% du marché) et en Europe (29,3% du marché).
Le segment de marché le plus dominant est celui des traitements de l’arthrose (53.3%) dont on estime aujourd’hui que 20% des chiens adultes sont atteints. Il est également important de souligner que les cellules souches néonatales canines de Vetbiobank adressent la quasi-totalité des indications décrites dans le graphique ci-après.

Plusieurs facteurs soulignent le potentiel du marché :

  • Une démonstration clinique de l’efficacité de ce type de traitement, moins invasif et moins cher que les traitements actuels des maladies inflammatoires.
  • Une meilleure information des propriétaires d’animaux de compagnie, qui consultent de plus en plus fréquemment des experts et vétérinaires.
  • Un encadrement réglementaire favorable : la FDA aux Etats Unis approuve rapidement les thérapies cellulaires et l’EMA en Europe vient récemment de donner un avis favorable pour attribuer une première autorisation à un traitement de l’arthrose équine à base de cellules souches.
  • Le remboursement des traitements par les assurances de santé animale en Europe et aux US.

L’arthrose est également la pathologie la plus fréquente chez les chevaux, notamment chez les athlètes équins dont les articulations sont lourdement sollicitées. Ainsi, 50% des chevaux de courses sont atteints d’arthrose ce qui entraîne rapidement une baisse de performance et parfois même une réforme du cheval (taux de renouvellement annuel des chevaux de course en France de 20%). Cela peut notamment impacter lourdement le prix de vente du cheval et réduire les perspectives de retours sur investissement.

La concurrence

Plusieurs laboratoires vétérinaires se positionnent sur le marché de la thérapie cellulaire. Contrairement à Vetbiobank, la majorité d’entre eux conçoivent des traitements à base de cellules souches adultes. Parmi les principaux acteurs, on peut notamment citer :

  • Stem T (France - 2015) : Ce laboratoire utilise des cellules souches adultes prélevées à partir de tissus adipeux. Ils ont à ce jour développé 2 traitements : Equistem qui traite l’arthrose et les tendinites des chevaux et Petstem qui s’adresse aux chiens et aux félins.
  • GST (Belgique - 2012) : Fondé en 2012, GST est considéré actuellement comme un concurrent sérieux pour Vetbiobank. En 2014, il rejoint le groupe ANACURA et lève par la suite plusieurs millions d’euros en mai 2018. 6 produits à base de cellules adultes issues du sang sont actuellement en développement. Seul le produit pour l'arthrose modérée du cheval, distribué par Boehringer Ingelheim, a récemment obtenu une autorisation de mise sur le marché.
  • ScarcellVet (France-2016) : Scarcell Therapeutics est une société spécialisée dans la thérapie cellulaire humaine utilisant les fibroblastes gingivaux avec une technologie brevetée. Une direction vétérinaire a été créée en 2016 pour explorer la possibilité d’appliquer cette technologie aux animaux. Le laboratoire propose deux produits de médecine régénérative : Equiscar ND pour les chevaux et Caniscar ND pour les chiens.
  • Vetstem (US) : Crée en 2002, Vetstem Biopharma est un laboratoire américain spécialisé dans la médecine régénérative à base de cellules graisseuses adultes qui s’adresse aux chevaux, aux chiens ainsi qu’aux félins.
  • Regeneus (Australie) : Ce laboratoire australien, créé en 2007 s’est spécialisé en thérapie cellulaire notamment dans les domaines de la médecine régénérative et l’immunothérapie. Il développe des médicaments à base de cellules adultes aussi bien pour les hommes que pour les animaux. En septembre 2013, il fait son entrée en bourse sur l’Australian Stock Exchange.

Vetbiobank se différencie par l'utilisation de cellules souches néonatales, aux propriétés curatives plus importantes que les cellules souches adultes, à un prix de développement moindre.

Seul le laboratoire Equicord y Mas, un laboratoire espagnol, utilise également des cellules souches néonatales pour le traitement de l’arthrose chez les chevaux. Il s’est récemment intéressé au marché canin mais n’utilise pour l’instant que des cellules souches adultes et autologues à cet effet.

Vetbiobank est à ce jour le seul acteur à proposer une thérapie cellulaire à base de cellules souches néonatales pour les chevaux, les chiens et les chats.

Utilisation des fonds

La société Vetbiobank lève 1M€ aujourd’hui pour :

  • Investir dans les équipements nécessaires à la montée en échelle et à l’industrialisation des produits.
  • Réaliser les démarches et investissements nécessaires pour répondre en tout point aux critères de bonnes pratiques de fabrication.
  • Compléter les démarches administratives et études cliniques pour obtenir l’autorisation européenne de mise sur le marché (AMM) de ses différents produits
  • Recruter des ressources et compétences complémentaires en bio-production et constituer une équipe commerciale.

Cette levée de fonds sera complétée par deux nouvelles augmentations de capital prévues d’ici 3 ans, pour un besoin total de 3,2M€ sur les trois opérations, permettant à Vetbiobank d’obtenir les autorisations de mises sur le marché en Europe puis aux Etats-Unis et de poursuivre le business développement à l’international.

A ce jour, l’entreprise a été financée à hauteur de :

  • 1,1M€ d’augmentations de capital, réalisées en 2013 et 2015 auprès de business angels
  • 700k€ de prêts
  • 150k€ de subventions et prix
  • 1M€ de chiffre d'affaires cumulés depuis la création.

Plan d'action

Les prochains étapes pour Vetbiobank sont les suivantes :

Faire reconnaître ses produits comme des médicaments à part entière

Ces produits cellulaires vivants et innovants s’intègrent difficilement dans la règlementation européenne actuelle des médicaments vétérinaires, qui ne couvre que les médicaments chimiques (corticoïdes ; antibiotiques...) et les vaccins.

Aujourd’hui Vetbiobank mène des opérations pour permettre à ses produits, comme pour n’importe quel autre médicament conventionnel, de pouvoir bénéficier de la reconnaissance conférée par une autorisation de mise sur le marché européenne. Ce sera un levier puissant de commercialisation.

Pour cela Vetbiobank doit ajuster ses infrastructures, et renforcer son organisation humaine en compétences, pour atteindre les standards requis pour les médicaments conventionnels. D’autres études cliniques complémentaires seront nécessaires pour renforcer les preuves d’efficacité et d’innocuité.

Accélérer l’industrialisation des médicaments

Vetbiobank souhaite atteindre rapidement un niveau de production permettant de répondre au besoin du marché massif de l’arthrose canine en Europe. Pour cela, l’entreprise doit :

  • Recruter de nouveaux ingénieurs et techniciens de production
  • Investir dans de nouveaux équipements de production qui permettront la multiplication à large échelle des cellules tout en minimisant les risques de contamination
  • Intégrer des étapes d’automatisation pour mieux standardiser les procédés

Le futur / Objectifs

Aujourd’hui pionnier français de la thérapie cellulaire dans le domaine vétérinaire, Vetbiobank ambitionne de devenir leader au niveau européen et américain, et d’être reconnu comme un des laboratoires de référence au niveau mondial pour le traitement de maladies inflammatoires vétérinaires.

Plus encore, grâce aux progrès thérapeutiques observés grâce à ses travaux de recherche et développement, Vetbiobank souhaite participer au développement des thérapies cellulaires pour la médecine humaine. Les résultats obtenus lors de ses études cliniques sur animaux devrait accélérer les processus motivant les intérêts des laboratoires confrères en médecine humaine.




FAQ de la startup

Les traitements Vetbiobank nécessitent-ils une spécialisation du vétérinaire pour l'administration ?

Les vétérinaires n’ont pas besoin de se spécialiser, ils devront seulement acquérir le geste d’une injection intra-articulaire s’ils ne le maitrisent pas déjà. La formation à ce geste est aisée et rapide (auto-formation possible par tutoriels) pour les vétérinaires souhaitant intégrer cette technologie dans leur pratique.

Existe-t-il un cadre réglementaire à propos des cellules souches néonatales ?

Par leur présentation et leur fonction, les cellules souches répondent à la définition d’un médicament. Ainsi, par définition, une diffusion/commercialisation internationale des produits de thérapie cellulaire nécessite une autorisation de mise sur le marché. Cependant, à ce jour, il n’existe pas en Europe de législation vétérinaire spécifique aux cellules souches et à la thérapie cellulaire comme cela peut exister en médecine humaine avec la directive sur les Médicaments de Thérapie Innovante. Aux Etats-Unis, la FDA (Feredal Drug Administration) a émis des recommandations à l’attention des industriels développant ce type de produits. Par défaut, certains laboratoires fabricants et / ou commercialisant des produits de ce type ont entrepris des démarches réglementaires afin de faire approuver ce type de produits cellulaires comme cela pourrait être fait pour les médicaments vétérinaires conventionnels qui regroupent les médicaments dits « chimiques » (ex. corticoïdes) et les médicaments dits « biologiques » (ex. vaccins).

Que sont les cellules allogéniques ?

Les cellules allogéniques sont des cellules issues d'un donneur, différent du receveur/patient. A l'inverse, les cellules autologues sont celles issues du propre patient.

Est-ce que je peux bénéficier d'une réduction d'impôt en investissant dans Vetbiobank ?

En investissant dans Vetbiobank via une de nos sociétés intermédiaires, vous pourrez bénéficier d’une réduction de votre IR à hauteur de 18% du montant investi. Ce montant pourra être porté à 25%, suite à parution du décret visé au II de l'article 74 de la loi de finances 2018, c'est à dire suite à validation par l'Union Européenne de ce nouvel avantage fiscal. Vous pouvez également choisir de bénéficier de déductions fiscales à la sortie sur les plus values réalisées en souscrivant au travers de votre compte PEA ou PEA PME.