Titrisation

La titrisation est une technique financière qui consiste à rassembler des créances ou des actifs divers en un produit unique afin de le vendre sur les marchés financiers. On appelle ces titres des ABS (Asset-backed securities).

L’utilité de ces titres est de faciliter la vente de certains types d’actifs ou de créances particulières : les CDO ou Collateralized Debt Obligations en sont un bon exemple : il s’agit de titres de créances rassemblés en un même produit. Ainsi, les investisseurs peuvent acheter un unique titre, qui « contient » des parts de nombreux emprunts sous-jacents.

Les principales caractéristiques de ces produits sont :

Une diminution du risque

Il y a deux effets différents qui limitent les risques : tout d’abord, chaque ABS est individuellement moins risqué que les sous-jacents, étant donné qu’il se compose de plusieurs sous-jacents. Ainsi, même si l’un d’entre eux perd de la valeur, la valeur du titre va baisser moins que proportionnellement.

En outre, le risque systémique se réduit aussi, étant donné que les sous-jacents risqués sont répartis dans des titres différents, et vendus à des clients différents. Ainsi le risque est mieux réparti au sein du système financier et non pas concentré en un point névralgique.

Une augmentation de la liquidité

Les ABS sont bien plus liquides que leurs sous-jacents : il est très complexe d’acquérir des créances en tant qu’investisseur investitionnel, mais il est bien plus aidé d’acheter des ABS. Comme ces titres sont relativement normalisés, émis et parfois garantis par de grandes institutions bancaires, ils inspirent plus confiance, et sont donc facilement échangeable.

En outre, ces titres ne sont pas présents que sur le marché de gré à gré, mais également sur les places boursières, ce qui permet d’avoir un véritable prix de marché fiable, et relativement moins volatile.


Les ABS sont toutefois également vivement critiqués, et sont tenus pour responsable dans une proportion non négligeable de la crise des Subprimes de 2007-2008. En effet, les fameuses « Subprimes » ont été très largement titrisées, notamment par Goldman Sachs qui vendait un produit financier appellé « Abacus ». Cela valu à l’un de leurs traders que l’on a surnommé ironiquement « Fabulous Fab » d’être jugé et condamné à payer une amende de plus de 800 000 dollars.

S’il est un peu facile de reporter la faute d’une crise systémique telle que la crise des subprimes sur les produits Abacus ou sur Goldman Sachs, cette affaire a eu pour vertu de pointer du doigt l’un des défauts majeurs de la titrisation : elle donne lieu à la création de titres extrêmement complexe, parfois acquis par des investisseurs qui ne comprenaient pas tous les détails ni tous les risques des ABS.

Il faut bien reconnaître que la description du produit Abacus est très complexe si l’on essaye d’éviter le jargon technique, et que la description en jargon n’est pas des plus claires pour un non initié : Il s’agit en fait d’un CDO adossé à des CDS sur Subprimes, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un produit (CDO) créé par agrégation de contrats de protection contre les risques de défauts (CDS) de crédits octroyés à des ménages risqués avec un fort taux d’intérêt (Subprimes).

Dernière édition : 26/10/2015 12:15