Drive or Phone Pour vous, et tous ceux qui vous entourent

Photo de l'entreprise

Drive or Phone a développé une technologie brevetée, innovante, et pragmatique qui aide les entreprises et leurs employés à supprimer les risques liés à l’utilisation du téléphone au volant.

Points forts

drive or phone

Une technologie brevetée, testée et approuvée par ses utilisateurs. Développée en interne, la technologie Drive or Phone est flexible, simple, automatique et compatible avec tous les smartphones et toutes les voitures ;

Une commercialisation bien avancée : avec déjà 15 clients grands-comptes pour 500 véhicules équipés, Drive or Phone a lancé la commercialisation de sa technologie de manière optimale ;

Un timing parfait : le risque lié à l’usage du téléphone n’a jamais été aussi grand : 1ère cause d’accidents de la route. Drive or Phone est la première entreprise à traiter cette problématique.

La problématique

La place du téléphone dans nos vies ne cesse de grandir. Avec l’avènement des smartphones, le téléphone est devenu un compagnon du quotidien, au point même de venir parfois nous distraire à des moments inopportuns. Par certains moments, cette hyper-connectivité est même devenue dangereuse.  

La situation où le téléphone peut être le plus distrayant est dans la voiture. En effet, le téléphone au volant est un facteur de risque énorme, de plus en plus grand. Il y a quelques années, la part des accidents liés à l’utilisation du téléphone au volant était encore négligeable. Ce n'est plus le cas aujourd'hui.

Au cours des 5 dernières années, les chocs avant-arrière ont augmenté de 120 % - des chocs très souvent liés à l’usage du téléphone. Plus généralement, 15 à 20 % des accidents de la route sont aujourd’hui liés à l’usage du téléphone au volant. Ces accidents ont ainsi un coût important : 

  • Physique et moral : chaque jour en France, on compte près de dix morts et blessés graves pour cause d’hyper-connectivité ;

  • Economique : le coût direct lié à l’usage du téléphone au volant est, en moyenne, de 173 € par an et par véhicule.

Ce risque est donc une préoccupation sociétale majeure à laquelle tout le monde est confronté. Les entreprises, notamment, sont de plus en plus soucieuses du bien-être et de la sécurité de leurs employés. Ainsi, de nombreuses entreprises, qui ont des salariés qui utilisent régulièrement une voiture dans le cadre de leurs fonctions, sont à la recherche de solutions pour pallier ce risque et réduire le cout qui en découle. Mais il n’existe aucune solution actuellement en phase avec la réalité : 

  • Soit l’entreprise ignore le problème. Dès lors, les employés restent seuls responsables face aux dangers du téléphone au volant, et l’entreprise doit en assumer les couts engendrés ;

  • Soit l’entreprise interdit totalement l’usage du téléphone au volant. Toutefois, cette interdiction n’est quasiment suivie par personne, et elle peut même desservir le travail de l’employé dans certains cas.

Le concept

Drive or Phone a développé une technologie brevetée, innovante, et pragmatique qui aide les entreprises et leurs employés à supprimer les risques liés à l’utilisation du téléphone au volant. Le concept de Drive or Phone est de répondre à cette problématique, en diminuant les distractions qui peuvent engendrer ce risque, tout en maintenant la productivité des employés et en leur permettant de rester au contact de leur entreprise et de leurs clients.

Pour ce faire, Drive or Phone a développé une technologique qui permet au téléphone d’adopter un comportement spécifique et adéquat en fonction des situations dans laquelle il se trouve. Ainsi, Drive or Phone permet à ses utilisateurs d’être protégés des distractions générées par le téléphone lorsqu’ils sont au volant de leur véhicule.

L’idée de Drive or Phone se base également sur un ciblage intelligent, qui vise les entreprises afin qu’elles équipent leurs employés. En effet, les particuliers, bien que sensibles au problème, ne sont pas forcément les cibles idéales. Toutefois, pour les entreprises, le téléphone au volant constitue un risque et un coût important, car collectif. En équipant leurs employés et leurs véhicules de la technologie Drive or Phone, les entreprises offrent à la fois du bien-être et de la sécurité à leurs employés, tout en réalisant des économies pour leur compte. Elles y trouvent ainsi une grande valeur ajoutée. 

Produits / services

Le boitier

La technologie Drive or Phone se compose se compose premièrement d'un boitier carré de 5 centimètres de côté. Ce boitier se place, comme le boitier du télé-péage, sur le pare-brise avant du véhicule. C’est ce boitier qui permettra de s’assurer, avec une fiabilité de 100%, que le téléphone est à bord du véhicule. Lié au véhicule, le boitier permet ainsi de lancer automatiquement le fonctionnement de Drive or Phone au moment où le véhicule démarre ou roule, en fonction des options choisies par l’entreprise. Le boitier fait ainsi partie intégrante de la solution technologique développée et commercialisée par Drive or Phone, car il permet d'améliorer la précision des algorithmes et d’effectuer certaines actions qui seraient impossibles avec un simple logiciel. 

L’application

Le deuxième élément qui compose la technologie Drive or Phone est une application pour smartphone, disponible sur iOS et Android.  L’application s’installe une fois par l’employé. Dès lors, l’application n’aura plus jamais besoin d’être ouverte, téléchargée ou activée. Grâce au boitier présent dans la voiture de l'utilisateur, dès que l’on commence à conduire, la technologie Drive or Phone va s’activer automatiquement, sans aucune interaction humaine, sans avoir à appuyer sur un bouton, et le téléphone va alors adopter un comportement spécifique filtrant ainsi les usages et les distractions les plus dangereuses. 

Un produit unique pour des usages divers

La technologie développée par Drive or Phone est non seulement unique, mais personnalisable pour des utilisations diverses. En effet, le comportement adopté par le téléphone est entièrement paramétrable par l’entreprise. Ainsi, il n’existe pas deux entreprises qui utilisent aujourd’hui Drive or Phone exactement de la même manière.

Pour illustrer la flexibilité de la technologie Drive or Phone, voici deux exemples : 

  • Commerciaux : Drive or Phone a équipé en début d’année plusieurs dizaines de commerciaux chez Bouygues Telecom. L’entreprise a ainsi paramétré un comportement particulier pour ses employés qui laisse la possibilité de téléphoner via le kit main libre de la voiture et d’avoir accès à des applications de navigation comme Waze ou Google Maps ou encore des applications métier. L’usager est protégé de toutes les autres distractions possibles par la technologie Drive or Phone ;

  • Chauffeurs de bus : Keolis, l’opérateur privé de transport public, a équipé une vingtaine de ses chauffeurs de bus de la technologie Drive or Phone. Etant donné l’activité de ses employés, l’entreprise a paramétré Drive or Phone de manière à ce qu’il protège l’employé de toutes les distractions qui pourraient émaner de son téléphone au cours d’un trajet, de l’allumage du véhicule, à son arrêt complet.  

Valeur ajoutée et éléments différenciants

La force de la technologie Drive or Phone, et ce qui fait sa valeur ajoutée, est l’approche pragmatique adoptée par ses créateurs. En effet, cette approche a permis à l’entreprise de développer un produit qui offre un service entièrement adapté aux besoins de ses clients. Car le téléphone au volant n’est pas un risque que l’on traite facilement, tant le téléphone est important dans le travail aujourd’hui.

Ainsi, Drive or Phone s’est appliquée à développer une technologie qui offre 4 grandes valeurs ajoutées : 

  • La flexibilité : Drive or Phone est totalement adaptable en fonction des besoins de l’entreprise. En fonction du travail de ses employés, ainsi que de la politique interne, les entreprises peuvent choisir de paramétrer leur service afin que les utilisateurs puissent téléphoner ou non, sous certaines conditions, envoyer des messages, utiliser des applications d’entreprise ou de navigation, utiliser leur téléphone au feu rouge… Les possibilités sont infinies ;

  • Automatique : Pas besoin de déclencher quoi que ce soit. Une fois l’application installée, la technologie se déclenche automatiquement dès qu’elle reconnait une situation dans laquelle elle doit faire adopter un comportement spécifique au téléphone. Il est par ailleurs impossible de supprimer l’application, sauf autorisation de l’entreprise administratrice ;

  • Simple : l’installation de la technologie ne nécessite aucun temps administratif. Elle s’installe rapidement, simplement en installant le boitier Drive or Phone au sein de l’habitacle du véhicule ;

  • Application universelle : la technologie Drive or Phone fonctionne sur n’importe quel téléphone, peu importe la marque, tant qu’il s’agit d’un smartphone. Elle peut également fonctionner sur 2 téléphones simultanément – un professionnel et un personnel par exemple.

Schéma récapitulatif du fonctionnement de Drive or Phone

Stratégie d’acquisition

La stratégie de commercialisation de la technologie Drive or Phone repose sur 3 canaux principaux :

  • La vente directe grâce aux clients existants : depuis son lancement en mars 2017, Drive or Phone a lancé un programme test ;

    • Ce programme a permis à l’entreprise d’acquérir 15 premiers clients grand compte qui ont ainsi pu équiper près de 500 véhicules. Tous ces clients sont de grandes entreprises qui, à terme, pourraient – et pour certaines souhaitent déjà – équiper toute leur flotte de véhicules. Parmi ces clients figurent des entreprises comme Colas, Lafarge, Engie ou encore Keolis ;

    • Le bouche à oreille est aussi une pratique qui permet à Drive or Phone d’acquérir de nombreux clients. En effet, si les différents patrons des grandes entreprises ne partagent pas forcément leurs petits secrets qui font de leur entreprise ce qu’elle est, ils partagent néanmoins les bonnes pratiques pour leurs employés. Une pratique déjà observée au cours des derniers mois.

  • Démarchage commercial : l’idée ici est de démarcher les grandes entreprises comme cela a été fait pour l’élaboration du programme test. Cette stratégie se déroule ainsi en 3 temps selon le schéma suivant :

  • La vente indirecte : Dans un deuxième temps, Drive or Phone souhaite réaliser des partenariats avec des acteurs de l’écosystème – comme des assurances, des courtiers en assurance, des loueurs longues durées, des opérateurs téléphonique – afin que ces derniers deviennent des prescripteurs de la solution Drive or Phone auprès de leurs clients. Un premier partenariat est en passe d’être signé avec Orange qui audite actuellement le projet, et qui souhaiterait distribuer Drive or Phone auprès de ses clients ;

  • Marketing d’attraction (Inbound marketing) : Ce dernier pan de la stratégie commerciale est le seul à ne pas avoir été déjà utilisé. Il consiste en une présence forte sur internet, notamment grâce à la génération de contenu sur internet afin de bénéficier d’un bon référencement naturel (SEO), ainsi que d’un investissement important afin de bénéficier d’un bon référencement payant (SEM). 


Modèle économique

Le modèle économique de Drive or Phone repose principalement sur un système d’abonnement. L’utilisation du service Drive or Phone est facturé à l’entreprise entre 5 et 15 € par mois et par véhicule équipé. Ce prix varie en fonction du volume de véhicules équipés et de la durée d’engagement.

Des frais d’installation d’une quinzaine d’euros par véhicule sont également facturés à l’entreprise afin de pallier les éventuels problèmes de trésorerie. 

Les succès

Des partenaires clés qui accompagnent Drive or Phone

Depuis la genèse du projet, la société Drive or Phone a su fédérer autour d’elle tout un réseau de partenaires qui l’ont aidé à mesurer la part de responsabilité du téléphone au volant dans la sinistralité ainsi que l’impact et le retour sur investissement potentiel pour les entreprises de Drive or Phone dans les prochaines années : 

Grâce à ces partenaires, Drive or Phone a pu créer un produit abouti, se constituer un vrai argumentaire de vente et se protéger (pas de responsabilité engagée en cas d'accident puisque les clients restent maitre des restrictions administrées à leurs employés).

18 mois de R&D pour une expérience utilisateur irréprochable

Depuis sa création en décembre 2015, et pendant 18 mois, la société Drive or Phone s’est attelée à développer une technologie aboutie pour une expérience utilisateur optimisée. Le projet de R&D comportait le développement de 2 volets principaux :

  • Drive or Phone a créé un boitier électronique équipé d’un module qui permet d’évaluer et de comprendre l’environnement et le contexte dans lequel le véhicule se trouve. Ainsi, il permet de détecter les phases de conduite avec une fiabilité de 100%. Le boitier lui-même est compatible avec tous les véhicules, allant de la voiture légère au camion de plusieurs tonnes en s’installant simplement sur le pare-brise. Il a été développé et conçu pour lui permettre de fonctionner de façon autonome pour un durée de plus de 5 ans. La conception de ce boitier repose sur un brevet déposé qui liste l’ensemble des fonctionnalités de ce boitier. Parmi elles, les options de verrouillage du terminal de communication qu’est le smartphone ;

  • Drive or Phone a, par ailleurs, développé un logiciel applicatif qui contient plusieurs fonctionnalités :

    • Il s’agit de la communication entre ce logiciel et le boitier électronique installé dans la voiture qui permet de savoir que le conducteur est entré dans sa voiture, et de lancer les ordres de verrouillage. Le téléphone sécurisé affiche alors un écran d’accueil Drive or Phone qui permet au conducteur d’accéder aux applications permises par son administrateur : GPS, appels… ainsi qu’à des appels d’urgence dans tous les cas ;

    • En dehors du verrouillage du téléphone, l’application permet à l’utilisateur de visualiser quels périphériques ont été activés : mains-libres, oreillette… ainsi que les réglages de la licence de l’utilisateur ;

    • Si l’utilisateur n’a pas l’autorisation de prendre les appels, un SMS préviendra son correspondant automatiquement. A la fin de sa course il sera informé du nombre d’appels et SMS reçus quand il conduisait.

  • Drive or Phone a également développé un troisième volet : un espace administrateur, compatible avec tous les navigateurs pour permettre au chef d’entreprise de gérer les fonctionnalités qu’il souhaite laisser accessibles aux conducteurs (GPS, applications nécessaires pour l’exercice de son métier notamment). L’administrateur doit se rendre sur cet espace pour provisionner les licences de ses collaborateurs.  

Une preuve de concept réussie

Suite au développement technique de sa solution, la société Drive or Phone a lancé en mai 2017 une phase de test, d’abord avec le groupe La Poste, puis avec de nombreuses autres entreprises. Le résultat de ce test est double :

  • Les entreprises sont prêtes à payer pour Drive or Phone : au cours de cette phase de test, 15 entreprises avec un potentiel de 90 000 véhicules ont pu équiper près de 500 véhicules ;

  • Les employés sont ravis de la solution : tous les retours collectés par Drive or Phone auprès des utilisateurs de la solution sont positifs. En effet, grâce à son positionnement pragmatique, Drive or Phone a prouvé que sa technologie était capable de séduire ses utilisateurs.


Drive or Phone a levé de fortes barrières technologiques et économiques

Au cours de ses deux premières années d’activité, la société Drive or Phone a su également développer de nombreuses barrières afin de se protéger de l’émergence de solutions concurrentes : 

  • Des barrières technologiques

    • La précision des algorithmes : l’acceptabilité de Drive or Phone réside dans les réglages de curseurs. En effet, pour un fonctionnement parfait, la technologie Drive or Phone doit se déclencher seulement et uniquement au bon moment. En outre, Drive or Phone utilise du machine learning dans sa technologie, c’est-à-dire que la technologie apprend au cours de son utilisation ;

    • La pluralité des réglages : Drive or Phone a conçu une technologie flexible qui s’adapte à toutes les volontés de l’employeur, aux besoins de l’entreprise, ce qui lui permet de pénétrer tous les marchés ;

    • Un brevet déposé ;

    • Une maitrise de la chaine de création du produit : Drive or Phone maitrise à la fois la création du software (l’application) et du hardware (le boitier).

  • Des barrières économiques :

    • Des contrats pluriannuels : les contrats signés entre Drive or Phone et ses clients ont une durée de 1, 2 ou 3 ans. Le prix est dégressif en fonction du volume et du temps, ce qui incite par ailleurs les entreprises à s’engager sur de plus longues durées ;

    • La connaissance du marché : S’il y a quelque chose de primordial dans le marché auquel s’attaque Drive or Phone, c’est de comprendre ce qu’il se passe dans la tête des gens, dans leur usage de tous les jours afin d’adopter la meilleure approche et la technologie adéquate. Au travers de deux années de travail, Drive or Phone a acquis une connaissance difficile à rattraper.

Une couverture médiatique et des soutiens importants

La technologie Drive or Phone a déjà suscité l’intérêt du public, et notamment de grands médias, et de partenaires financiers.

Le marché

D’après une étude de Ptolemus Consulting, le marché mondial des services connectés associés à la voiture s’élèvera à 325 milliards d’euros en 2020. Sur les marchés ciblés par Drive or Phone, c’est-à-dire sur les entreprises possédant une flotte supérieure à 10 véhicules, en France, aux Etats-Unis, au Canada et au Royaume-Uni, le montant s’élève à 30 milliards d’euros

Le marché a également subi de nombreuses évolutions depuis quelques années. En effet, les automobilistes aujourd’hui souhaitent de plus en plus de sécurité, notamment quant à la problématique du téléphone au volant. Cette évolution est en grande partie due aux campagnes de sensibilisation des différentes institutions étatiques ou non. Ainsi, le marché est devenu mûr, plus besoin donc de sensibiliser aux dangers du téléphone au volant.

Ces caractéristiques et cette structure du marché ont façonné la cible de Drive or Phone. Ainsi, ils visent prioritairement des entreprises répondant aux caractéristiques suivantes :

  • Des entreprises ayant une forte ADN sécurité, où il existe un directeur sécurité ;

  • Des flottes de plus de 30 véhicules (2,5 millions de véhicules en France font parties de flottes de plus de 30 véhicules) ;

  • Des dépenses supérieures à 10 k€ par an en prévention ;

  • Un accident corporel grave dans les 10 dernières années.

Drive or Phone a également la volonté de segmenter ce marché, en fonction du secteur et de la flotte, afin de mieux cibler leur stratégie.  

La concurrence

Le positionnement de Drive or Phone se trouve au cœur de tout un écosystème dont les acteurs sont les suivants :

  • Loueurs longue durée (ALD, Arval, etc.) ;

  • Assureurs (Axa, Aviva, etc…) ;

  • Courtiers en assurance (Aon, Marsh, etc.) ;

  • Opérateurs téléphoniques (ATT, SFR, etc.) ;

  • Constructeurs Téléphonique (Samsung, HTC, etc.) ;

  • « Fleeteurs » (Direct Fleet, ERCG, etc.) ;

  • Equipementiers ;

  • Entreprises de Télématiques (Fleetmatics, TomTom, etc.).


Au cœur de cet écosystème, il n’existe que peu de concurrence directe (aucune concurrence en France), dans la mesure où aucun acteur n’apporte autant de valeur ajoutée que la technologie Drive or Phone :

  • Apple : l’entreprise pourrait développer un nouveau système qui permettrait au téléphone d’adopter un comportement spécifique. Toutefois, cette technologie ne fonctionnerait que sur des iPhones, est destinée aux particuliers, et sans flexibilité d’utilisation ;

  • Sécurité routière : l’institution étatique a développé une application qui a pour but de protéger les conducteurs au volant. Toutefois, l’application doit être déclenchée manuellement, et elle n’est pas non plus flexible. Cette application n’a pas vraiment vocation à se développer techniquement ;

  • Freedrive : l’entreprise belge a développé une solution incitative, qui détecte les comportements à risque avec le téléphone et invite ainsi l’utilisateur à arrêter. L’entreprise vend aux entreprises comme aux particuliers. Toutefois, l’incitation ne répond que partiellement au risque lié au téléphone au volant ;

  • Cellcontrol : l’entreprise américaine a développé une solution qui va faire adopter un comportement spécifique au téléphone lors de la conduite. Toutefois, le service n’est pas flexible : les entreprises ne peuvent autoriser que les applications de navigation en leurs employés. En outre, le déploiement de cette solution est complexe et l’expérience utilisateur n’est pas agréable.

Utilisation des fonds

La société Drive or Phone recherche 600 k€ pour atteindre à 18 mois un objectif de 25 000 véhicules équipés, et un revenu annuel récurrent de 1 M€. Pour cela, la société va utiliser les fonds levés pour : 

  • Industrialiser son capteur ;

  • Embaucher 7 nouveaux employés : 

  • 1 Data Scientist ;

  • 2 Senior Développeurs ;

  • 1 Customer Succes ;

  • 2 Sales Development Representatives ;

  • 1 Inbound Manager ;

Plan d'action

1/ Industrialiser le capteur et conforter sa position de leader en France

Jusqu’à présent, la production du capteur – boitier que les utilisateurs de Drive or Phone installent sur leur pare-brise avant – s’effectuait de manière artisanale auprès de petits fabricants d’objets électroniques. Drive or Phone souhaite à présent industrialiser la production de son capteur de manière à conforter sa position de leader en vente aux entreprises sur ce marché. En effet, l’application est immatérielle, elle ne constitue ainsi pas un frein au développement de Drive or Phone. En revanche, le capteur empêche actuellement Drive or Phone d’équiper plus de véhicules qu’ils ne le font aujourd’hui.

D’autant plus que Drive or Phone reçoit de nombreuses demandes d’entreprises avec lesquelles elle travaille déjà comme de nouvelles entreprises. Ainsi, dès l’industrialisation réalisée, Drive or Phone pourra équiper de nombreux véhicules supplémentaires, et non plus une centaine de véhicules par mois, comme c’est le cas actuellement.

2/ Exporter Drive or Phone dans de grands pays anglo-saxons

Une fois sa position de leader confortée en France, Drive or Phone souhaite s’étendre à de nouveaux pays, notamment anglo-saxons. Cette stratégie s’effectuera en deux temps :

  • Dans un premier temps, Drive or Phone souhaite s’exporter aux Etats-Unis, au Royaume-Uni, ainsi qu’au Canada, en équipant les filiales de ses clients français dans ces pays. La demande a, par ailleurs, déjà été effectuée par de nombreux clients français actuels de la startup ;

  • Dans un second temps, Drive or Phone souhaite s’attaquer aux marchés américain, britannique et canadien en répliquant la stratégie d’acquisition utilisée en France à ces pays, avec des responsables sur place.

3/ Créer de nouveaux produits

A moyen terme, Drive or Phone souhaite également développer de nouvelles applications pour sa technologie, au travers de nouveaux produits et de nouvelles offres. En effet, la technologie Drive or Phone est applicable à de nombreuses situations – toutes les situations dans lesquelles le téléphone peut être distrayant. Et l’entreprise a déjà reçu diverses demandes pour de nouveaux applicatifs :

  • En vente aux particuliers : certains employés utilisateurs souhaiteraient pouvoir équiper leurs enfants, jeunes conducteurs, et qui pourraient être distraits par l’usage de leur téléphone au volant ;

  • Pour les salles de réunion : de nombreuses entreprises clientes de Drive or Phone leur demandent d’installer le dispositif dans les salles de réunion afin que leurs employés cessent d’être distraits en réunion ;

  • Pour quadriller les sites industriels et les chantiers : sur les chantiers aussi le risque de distraction lié à l’usage du téléphone au volant de gros engins industriels constitue un risque d’envergure. Drive or Phone pourrait ainsi adapter sa solution aux problématiques des sites industriels et chantiers. Certaines entreprises clientes de Drive or Phone en ont, par ailleurs, déjà fait la demande ;

  • Chambre d’enfants : nombreux sont les parents qui souhaiteraient être rassurés le soir, lorsqu’ils couchent leurs enfants, que ces derniers n’utilisent pas leur téléphone trop tardivement discrètement sous la couette. Drive or Phone pourrait ainsi installer son dispositif dans des chambres chez des particuliers – un dispositif qui fonctionnerait en fonction des heures. 

Le futur / Objectifs

Drive or Phone souhaite aider les entreprises et leurs employés à supprimer les risques liés à l’utilisation du téléphone au volant en créant une technologie innovante et brevetée. Grâce à sa flexibilité, son universalité, sa simplicité et son automatisme, le système développé par Drive or Phone vise à conquérir le marché français des entreprises. Drive or Phone a déjà équipé près de 500 véhicules dans 15 grandes entreprises. En équipant simplement l’ensemble du parc automobile de ces entreprises, Drive or Phone pourrait équiper 90 000 véhicules. En tout, en France, ce sont plus de 2,5 millions de véhicules que Drive or Phone pourrait équiper. Avec un développement à l’international très proche, Drive or Phone ambitionne de devenir le leader mondial sur le marché des services connectés associés à la voiture.

L’avenir de Drive or Phone c’est également le développement de nouvelles applications. Grâce au développement d’une technologie qui permet au téléphone d’adopter un comportement très spécifique en fonction de situations très spécifiques, Drive or Phone souhaite se lancer dans de nouveaux services. Toutes les situations où le téléphone peut venir distraire son utilisateur pourraient trouver une application Drive or Phone.  




FAQ de la startup

Est-ce que je peux bénéficier d'une réduction d'impôt en investissant dans Drive or Phone ?

En investissant dans Drive or Phone via une de nos sociétés intermédiaires, vous pourrez bénéficier soit de 25% de réduction d’impôt sur votre IR (sous réserve de vote au Sénat). Vous pouvez également choisir de bénéficier de déductions fiscales à la sortie sur les plus values réalisées en souscrivant au travers de votre compte PEA ou PEA PME.