Principes fondamentaux de la valorisation d'entreprise - Le Guide par Sowefund

Principes fondamentaux de la valorisation d'entreprise

Le Guide de l'Entrepreneur par Sowefund / Méthodes de valorisation / Principes fondamentaux de la valorisation d'entreprise

Les hypothèses

Ces deux méthodes sont les plus classiques lorsqu’il s’agit de calculer la valeur d’une entreprise. Elles sont le plus efficace lorsque l’entreprise a une croissance stable, une activité régulière (donc peu cyclique), et est déjà cotée sur les marchés financiers.

Ces méthodes font un certain nombre d’hypothèses, dont les principales sont :

  • Il existe un actif non risqué (on prend souvent les obligations d’Etat comme référence pour ce type d’actif)
  • Les investisseurs sont rationnels, et détiennent tous un portefeuille formé d’actifs risqués et de l’actif non-risqué
  • Les marchés financiers sont en situation d’équilibre
  • Il n’y a que deux types de passifs : la dette (obligations et emprunts) et le capital (actions)

Comme on peut le voir, ces hypothèses sont extrêmement restrictives, voire utopistes. Elles permettent toutefois de réaliser un calcul, qui, même s’il sera affecté par les irrégularités des marchés, donnera un ordre d’idée relativement précis de la valeur de l’entreprise en question.

En outre, le modèle fait appel à d’autres concepts qui font entrer en jeux des hypothèses supplémentaires. Notamment  :

  • Seul le risque lié au marché doit être rémunéré, et non les risques inhérents à chaque entreprise. En effet, tous les investisseurs détenant un portefeuille "efficient" et diversifié, seul le risque systémique doit être rémunéré
  • Les investisseurs ont une préférence pour le présent, ce qui justifie l’existence d’un taux d’intérêt. Les investisseurs préfèrent gagner 1 euro aujourd’hui plutôt que dans un mois, et réciproquement ils préfèrent payer 1 euro dans un mois plutôt qu’aujourd’hui

Principaux concepts

Le Béta

"beta" : le « beta » d’une action ou d’une entreprise représente la volatilité de son cours par rapport au reste du marché :

Valeur du Béta

Signification

Béta > 1

Le cours de l’action évolue dans la même direction que le marché, mais plus que proportionnellement.

Béta = 1

L’action suis parfaitement le marché : si le marché augmente de 10%, alors l’action augmente proportionnellement (de 10%)

0 < Béta < 1

L’action évolue dans la même direction que le marché, mais moins que proportionnellement

Béta = 0

L’action n’est pas corrélée avec le marché. Son cours n’est pas proportionnel, ni dans un sens ni dans l’autre, à celui du marché

-1 < Béta < 0

L’action évolue dans la direction inverse du marché, mais moins que proportionnellement. Par exemple si le marché augmente de 10% et que le béta d’une action est de -0.5, alors son cours baissera de 5%

Béta = -1

L’action évolue parfaitement inversement proportionnellement au marché

Béta < -1

L’action évolue plus que proportionnellement et inversement au marché

Coût du capital (CAPM)

Le CAPM est le coût du capital, c’est-à-dire ce que l’entreprise doit donner pour lever des fonds, ou, du point de vue des investisseurs, le rendement à partir duquel ils sont prêts à fournir des fonds à l’entreprise.

Comme les investisseurs recherchent toujours un rendement proportionnel au risque qu’ils prennent, on peut calculer le coût du capital grâce au beta, qui est une mesure de volatilité, et donc de risque. On exprime donc ainsi le CAPM :

CAPM = rf + B(rf - rm)

Avec : CAPM le coût du capital, rf le rendement de l’actif non risqué, beta, et rm le rendement offert par le marché prit dans sa totalité.

Coût moyen pondéré du capital (WACC)

Le coût moyen du capital permet de calculer ce que coûte à l’entreprise de lever des fonds, toutes catégories confondues : dette et capital (obligations/emprunts et actions).

WACC = Kc x E / ( D + E ) + Kd x D / ( D+ E ) x ( 1 - T )

Avec Kc le coût du capital, E la valeur de marché de l’ensemble des actions (capitalisation boursière), D la valeur de marché de la dette (obligations + emprunts), Kd le coût de la dette (taux d’intérêt), et T le taux d’imposition.

Dernière édition : 16/04/2018 20:37